4 February 2019 – 3 Red Kites at Gueltas de l’Oued Aabar

Au Maroc, le Milan royal (Red Kite, Milvus milvus) est un hivernant peu fréquent et un sédentaire au bord de l’extinction, voire peut-être même disparu en tant que nicheur (M. m. milvus).

A l’automne, quelques petites centaines d’oiseaux traversent le Détroit de Gibraltar de mi-août à fin novembre (pic de mi-septembre à mi-octobre) ; au printemps, les passages y sont notés de fin février à début juin (pic en avril).

Les hivernants se répandent largement dans le Rif, le Nord Atlantique, l’Atlantique Moyen, les Plaines du Maroc Oriental, la Moulouya, le Moyen Atlas et le Plateau Central. Les mentions plus au sud sont rares dans le Haut Atlas, le Souss et le Dadès-Draa (jusqu’à Mhamid au sud), plus fréquentes dans l’Anti-Atlas Occidental. C’est un hivernant très rare dans le Sahara Atlantique côtier, principalement observé d’octobre à mars : nous avions avions listé (Bergier et al. 2017) 12 observations :

  • un à Goulimine le 14 janvier 1989
  • un juste au sud de Goulimine le 22 mars 1989
  • trois à Goulimine le 29 octobre 1989
  • deux à 35 km au sud de Goulimine le 23 janvier 1990
  • un à l’Oued Chebeika le 21 décembre 1994
  • un jeune au pont de l’Oued Draa entre Goulimine et Tan-Tan le 23 octobre 1998
  • un oiseau épuisé à 88 km au sud de Laâyoune le 28 octobre 2002
  • un à l’Oued Sayed les 4 janvier 2002 et 30 décembre 2006
  • un à 30 km au sud-ouest de Goulimine le 10 février 2011
  • un avec des Milans noirs à 34 km au sud-ouest de Goulimine le 22 février 2011
  • un entre Tan-Tan et Tan-Tan Plage le 31 octobre 2011
  • un à Ras Oumlil le 12 février 2016

Il y avait également une observation estivale le 19 juillet 1978 à Goulimine, et deux en Mauritanie.

Annie Garcin vient d’en voir trois (!) aux gueltas de l’Oued Aabar dans le nord de la Saquiat Al Hamra (c. 27°56’N 11°25’W), le 6 janvier 2019. Annie a bien pris soin d’éliminer une possible confusion avec le Milan noir.


Bergier, P., Thévenot, M. & Qninba, A. 2017. Oiseaux du Sahara Atlantique Marocain. SEOF, Paris, 359 pp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.