28 July 2018 – Une capture de Panthère à Chaouen en 1955

La Panthère – ou Léopard (Panthera pardus) était autrefois largement répandue dans les massifs montagneux du Rif, du Plateau Central, des Atlas et des reliefs présahariens et probablement aussi dans les massifs forestiers de plaine.

L’espèce est maintenant au bord de l’extinction au Maroc : ‘Du fait des déprédations sur le bétail… la Panthère est considérée comme nuisible par les éleveurs. Elle a donc été détruite par piégeage et empoisonnement, et recherchée par les chasseurs, en particulier pour le trophée. Au cours de la première moitié du XX° siècle ses effectifs se sont effondrés et son aire de répartition s’est fortement réduite. D’une cinquantaine d’individus en 1954… la population augmenta à la suite de mesures de protection jusqu’à atteindre une centaine d’animaux ; mais l’effectif décrut à nouveau à partir de 1970… Au cours des années 80 et 90, il ne restait qu’une dizaine d’animaux tout au plus… Au début des années 2000 l’effectif était du même ordre. Au cours de la dernière décennie, des indices de présence ont été trouvés dans le Haut Atlas central et oriental et le moyen Atlas mitoyen, ainsi que dans l’Atlas saharien… Des peaux d’origine inconnue étaient encore vendues illégalement dans les souks jusqu’en 2014… Actuellement, l’espèce est au bord de l’extinction au Maroc. La dégradation de l’habitat a sans doute joué un rôle important dans la régression : dans certains secteurs, il est difficile d’imaginer la présence passée de l’espèce, tant la végétation est dégradée. Cependant, il est possible que dans un proche avenir, les régions frontalières connaissent una arrivée d’animaux depuis l’Algérie, où la situation de l’espèce semble meilleure’ (Aulagnier, S. ; Cuzin, F. & Thévenot, M. 2017. Mammifères sauvages du Maroc. Peuplement, répartition, écologie. SFEPM, Paris, 339 pp)

(photo relayée par Hassan Ahlal, Facebook, 22 juillet 2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.