3 December 2017 – The Short-eared Owl winters in the Atlantic Sahara

Abdeljebbar Qninba et ses collègues (Qninba et al. 2012) avaient attiré notre attention sur la présence hivernale du Hibou des marais Asio flammeus dans le Sahara Atlantique, y compris à l’intérieur des terres : une observation à 150 km de l’Atlantique sur la route d’Aousserd le 30 décembre 2011.

Nous avons récemment (Bergier et al. 2017) synthétisé les données disponibles.

Au Sahara Atlantique, les observations proviennent en majorité de la zone côtière mais quelques-unes ont été réalisées loin à l’intérieur des terres en des lieux dépourvus de toute zone humide, par exemple dans l’Oued Ad Deheb, dans le nord de la Saquiat Al Hamra ou dans l’Aydar.

Le passage postnuptial se déroule à partir de mi-octobre et se prolonge probablement jusqu’à mi-novembre, voire plus tard (quatre mentions dans la deuxième quinzaine de novembre, pouvant toutefois correspondre à des hivernants). Les mouvements prénuptiaux débutent mi-février et culminent fin mars – début avril (dernière mention début mai).

A mi-2017, nous connaissions treize mentions d’hiver, de début décembre à mi-janvier, et en avions déduit que l’espèce hiverne, au moins occasionnellement, dans le Sahara Atlantique. Ces mentions avaient été obtenues en majorité à proximité des grandes zones humides du Sahara Atlantique côtier (embouchure du Draa, Lagune de Khnifiss, Laâyoune et la Baie de Dakhla), également dans les Grandes Plaines, près de la côte à Tarfaya, au sud d’El Argoub et dans la réserve de Safia ; une seule mention provenait de l’intérieur des terres, à 150 km de l’Atlantique sur la route d’Aousserd le 30 décembre 2011 (A. Qninba et al. 2012, cf. ci-dessus).

Annie Garcin vient récemment de nous faire part d’une observation extra-ordinaire concernant 5 Hiboux des marais au sud-ouest de Bir Anzarane (23°51’N 14°34’O) dans une plaine sablonneuse parsemée de Capparis decidua le 16 décembre 2012.

Ce lieu est situé à 90 km de l’Atlantique, bien évidemment sans zone humide à proximité (voir photo ci-dessus).

Les oiseaux étaient dispersés dans les arbres dans un rayon d’un kilomètre maximum et se déplaçaient en fonction du mouvement des observateurs.

On peut penser que ce milieu bien végétalisé à la suite des pluies d’automne était probablement riche en micromammifères et garantissait une source d’alimentation importante aux hiboux.

———-

Abdeljebbar Qninba and his colleagues (Qninba et al. 2012) drew our attention to the winter presence of the Short-eared Owl in the Atlantic Sahara, not only along the coast: one record 150 km from the Atlantic on the road of Aousserd December 30, 2011.

We recently synthesized the available data (Bergier et al. 2017).

In the Atlantic Sahara, observations come mostly from the coastal zone but some have been made far inland in places without any wetlands, for example in the Oued Ad Deheb, in the north of Saquiat Al Hamra or in the Aydar.

The postnuptial passage takes place from mid-October and is likely to last until mid-November or later (four mentions in the second half of November, which may however be wintering). The prenuptial movements begin mid-February and culminate at the end of March – beginning of April (last mention at the beginning of May).

In mid-2017, we knew thirteen winter mentions, from early December to mid-January, and deduced that the species winters, at least occasionally, in the Atlantic Sahara. Most of these records were obtained near the major wetlands of the coastal Atlantic Sahara (Draa estuary, Khnifiss Lagoon, Laâyoune and Dakhla Bay), also in the Sandy Plains, near the coast at Tarfaya, south of El Argoub and in the Safia reserve; only one mention came from the inland, 150 km from the Atlantic on the Aousserd road on December 30, 2011 (A. Qninba et al. 2012, see above).

Annie Garcin has recently reported an extra-ordinary sighting on 5 Marsh Owls southwest of Bir Anzarane (23°51’N 14°34’W) in a sandy plain dotted with Capparis decidua on December 16, 2012.

This place is located 90 km from the Atlantic, obviously without wetland nearby (see photo above). The birds were scattered in trees within a radius of one kilometer and moved according to the movement of observers.

This well-vegetated environment following the autumn rains was probably rich in micromammals and guaranteed an important source of food for owls.

————-

Bergier, P., Thévenot, M. & Qninba, A. 2017. Oiseaux du Sahara Atlantique Marocain. SEOF, Paris, 359 pp.

Qninba, A., Khayya, M.L., El Balla, T., Semlali, M.L., M’Himdate, H., Radi, M. & El Idrissi Essougrati, A. 2012. Hivernage du Hibou des marais Asio flammeus dans le Sahara Atlantique marocain. Alauda 80 : 237-238.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.